L’importance du circuit de refroidissement

23 Juil 2019 | Entretien & révision

Souvent l’une des premières causes de panne, le circuit de refroidissement est un élément vital pour toute voiture ! Il apporte une aide précieuse au moteur et lui permet de fonctionner en toute sécurité. Il faut donc régulièrement contrôler votre circuit de refroidissement pour éviter tout problème moteur, surtout avant les départs en vacances ou autres longs trajets. Avatacar vous aide à comprendre le rôle et l’importance de votre circuit de refroidissement.

Commande en ligne sur Avatacar.com

Le circuit de refroidissement, que fait-il au juste ?

Le circuit de refroidissement, comme son nom l’indique, a pour rôle de refroidir. Refroidir quoi ? Notre cher moteur qui voit sa température grimper au fur et à mesure que nous roulons. La température du moteur peut atteindre jusqu’à 90°/100°. Au delà de 100°, certaines pièces du moteur commencent à se dégrader et vous risquez de gros endommagements, voire la casse de votre moteur.
Pour maintenir sa bonne température (entre 75 et 95°) il a besoin d’être refroidi. C’est à ce moment que le circuit de refroidissement intervient.

Outre ses fonctions de refroidissement de votre moteur, il assure également votre confort en maintenant la température au sein de l’habitacle de votre auto.

De quoi est composé un circuit de refroidissement ?

Pour réaliser tout cela, le circuit de refroidissement se compose de différents éléments :

  • le radiateur, situé à l’avant de votre voiture pour récolter l’air extérieur ;
  • le radiateur de chauffage, qui gère la température de votre habitacle ;
  • le liquide de refroidissement composé d’eau, de glycol et d’additifs qui lui évitent de geler et de bouillir ;
  • le calorstat, une valve qui contrôle la circulation du liquide de refroidissement ;
  • des ventilateurs.

Tous ces éléments fonctionnent ensemble. Nous allons voir comment.

Comment fonctionne un circuit de refroidissement ?

Au moment du démarrage, le moteur est froid. Le liquide de refroidissement ne circule qu’au travers du bloc moteur et du radiateur de chauffage. Pourquoi ? Parce que le calorstat est fermé.
Le calorstat a un rôle de « contrôleur de température ». Il s’ouvre et se ferme en fonction de la température du moteur, laissant ainsi circuler ou non le liquide de refroidissement dans l’ensemble du circuit de refroidissement. Un moteur chaud est un moteur qui fonctionne bien. Ainsi, pendant les premiers kilomètres, votre calorstat fermera l’accès au circuit de refroidissement pour que votre moteur ait le temps d’atteindre sa température idéale que le liquide de refroidissement vienne le refroidir.

Le liquide de refroidissement circule donc au sein du bloc moteur. Il monte en température en même temps que le moteur et permet de réchauffer votre habitacle rapidement grâce au radiateur de chauffage. Lorsque vous actionnez le bouton de chauffage de votre voiture, une vanne laisse circuler le liquide de refroidissement chaud au travers du radiateur de chauffage qui apporte par la suite la chaleur intérieure demandée.

Après quelques kilomètres, votre moteur a bien chauffé et a atteint sa température. Le calorstat s’ouvre pour que le liquide de refroidissement passe désormais dans tout le circuit de refroidissement. Le liquide sort donc chaud du circuit du bloc moteur. Il est ensuite envoyé vers le radiateur qui le refroidit par le flux d’air venant de l’extérieur. Le liquide refroidi repasse par le circuit du bloc moteur pour le refroidir et le maintenir à une température de 90° environ.

La présence de ventilateurs qui diffusent l’air partout dans le radiateur permettra de refroidir le liquide plus rapidement (surtout lorsque le véhicule est à l’arrêt et qu’il n’y a pas d’arrivée d’air frais). C’est aussi grâce à ces ventilateurs que vous obtiendrez de l’air « frais » (plutôt à température ambiante) dans votre habitacle.

  • si vous ne possédez pas la climatisation, l’air envoyé sera l’air extérieur (partiellement refroidi par les ventilateurs),
  • si vous possédez la climatisation, l’air envoyé passera d’abord par le système de la climatisation.

Le calorstat joue ainsi le rôle de contrôleur de température et gère le flux du liquide tout le long de votre trajet. À titre d’exemple, si vous êtes coincé dans les bouchons, il s’ouvrira pour laisser passer le liquide de refroidissement. Dans cette situation, les ventilateurs se mettront en marche. A l’inverse, le calorstat se refermera si vous roulez à grande vitesse puisque le moteur est directement refroidi par l’arrivée de l’air extérieur.

Température moteur

Pour contrôler la température de votre moteur, fiez-vous à l’aiguille de température présente sur votre tableau de bord. Elle vous indique le niveau de température de votre moteur. Le plus souvent, elle stagne au milieu de son compteur lorsque la température moyenne est atteinte, en revanche elle peut monter à son maximum lorsque le moteur surchauffe. Dans ce cas un voyant rouge s’allumera sur votre tableau de bord pour vous alerter. Il faudra alors vous arrêter.

Voici une vidéo expliquant schématiquement le fonctionnement du circuit de refroidissement :

Raisons et conséquences d’une surchauffe moteur

Le circuit de refroidissement doit être contrôlé dans les cas de grands trajets mais aussi pour les trajets du quotidien. Qui n’a jamais été coincé dans les bouchons en sortie de travail ? Dans ce type de situation, votre circuit de refroidissement est mis à rude épreuve et les risques de surchauffe moteur sont d’autant plus élevés !

Plusieurs signes pourront vous prévenir d’un problème de refroidissement moteur :

  • Aucune chaleur n’arrive dans l’habitacle ;
  • Vous constatez une fuite de liquide sous votre véhicule ;
  • Votre aiguille de température monte à son maximum et le voyant rouge s’allume.

Si vous vous retrouvez dans l’une de ces situations, il vous faudra contrôler votre véhicule. Pour cela, plusieurs points sont à vérifier :

  • Le niveau de votre vase d’expansion. La question à se poser est si vous avez encore assez de liquide de refroidissement dans votre vase. S’il ne reste plus de liquide de refroidissement dans le vase d’expansion, il faut absolument le remettre à niveau. Mais attention, pour contrôler votre niveau de liquide de refroidissement, le moteur doit être à froid ! En effet, avec un moteur chaud, la pression risquerait de vous brûler.
  • Une fuite du liquide de refroidissement. Celle-ci peut être plus ou moins décelable. Si vous retrouvez une flaque sous votre voiture, il est fort probable que ce soit une fuite de liquide de refroidissement  ! En revanche, même si aucune flaque n’est visible il se peut aussi que des joints ou durites soient endommagés et fuient légèrement. En effet, il existe plusieurs causes à une fuite de liquide de refroidissement : défaut ou oxydation du radiateur, détérioration des joints ou durites, rupture du joint de culasse. Selon la cause, la fuite sera plus ou moins importante. Il faut savoir que des produits existent pour réparer les micro-fuites (par exemple, le Stop fuite radiateur de Bardahl). Pour des fuites plus importantes, un passage chez votre garagiste sera obligatoire !
  • De l’air dans le circuit. Il est possible que de l’air s’infiltre dans votre circuit de refroidissement. Dans ce cas, le liquide aura du mal à circuler et donc à refroidir le moteur. Il faudra alors effectuer une purge de votre circuit afin d’y exclure toute bulle d’air.
  • Ventilateur ou calorstat défectueux. Dans ce cas, le refroidissement du liquide n’est pas réalisé correctement. Le ventilateur défectueux ne permettra pas de diffuser l’air dans le radiateur et donc de refroidir le liquide. Aussi, le calorstat défectueux ne gérera plus efficacement le flux du liquide de refroidissement dans le circuit. Dans les deux cas, il faudra changer ces éléments. Les symptômes d’un calorstat défectueux varient selon la nature du problème. Si le calorstat se bloque en position ouverte, la température du moteur sera anormalement basse. Au contraire s’il reste fermé, le moteur chauffera de manière anormale.
  • Pompe à eau ou courroie défectueuse. La pompe à eau assure la circulation du liquide de refroidissement dans le circuit. La courroie de distribution entraîne la pompe à eau pour faire circuler le liquide. En cas de problème avec l’une des deux, on vous conseillera sûrement de changer l’intégralité du kit de distribution.

Si, par malchance, vous veniez à vous en rendre compte trop tard, les dégâts d’une surchauffe moteur peuvent être très importants. Ceux-ci peuvent aller de la détérioration des cylindres ou des joints à la rupture du joint de culasse et de la culasse en elle-même. Jusqu’à la détérioration complète du moteur.

Le circuit de refroidissement étant étroitement lié au moteur, sa détérioration l’impacte donc tout autant. Les réparations liées aux détériorations moteur sont très chère. Si vous avez un vieux véhicule, elles ne vaudront peut-être pas le coup d’être effectuées : en effet, le coût de la réparation est souvent supérieur au coût de la voiture.

Conseils lors d’une surchauffe moteur et pour vous en prémunir

Vous êtes en train de rouler lorsque votre moteur surchauffe. L’aiguille de température moteur ne cesse de grimper et votre voyant rouge s’allume ! Que faire ?

  • Avant toute chose, ralentissez. La surchauffe n’est peut-être que temporaire. Il vaut donc mieux diminuer d’abord votre vitesse. Si vous continuez à rouler sans ralentir et que l’aiguille reste à son maximum, vous serez obligé de vous arrêter. Autant anticiper et déjà commencer à ralentir.
  • Mettez votre chauffage et soufflerie à fond ! En enclenchant la ventilation maximum et une température maximale, vous ferez circuler du liquide frais dans le circuit. Cela permettra donc de diminuer la température du moteur. Le chauffage est une très bonne méthode lors des trajets en montagne. Dans les fortes montées, où vous êtes obligé de jouer continuellement avec les vitesses, mieux vaut mettre le chauffage à fond si vous voyez votre aiguille monter dangereusement. Si vous avez trop chaud, ouvrez les fenêtres et attendez patiemment la descente !
  • Arrêtez-vous pour refroidir le moteur. Lorsque le moteur atteint une trop haute température, il est plus prudent de s’arrêter pour que le moteur refroidisse un peu. Sinon, vous risquerez de l’endommager sérieusement. Partez du principe que lorsque le voyant rouge de température s’allume, c’est le signe qu’il faut s’arrêter pour laisser le moteur reprendre son souffle.

Avant d’en arriver à ces situations peu agréables, des petits gestes du quotidien existent et peuvent vous prémunir d’une surchauffe moteur :

  • Contrôlez votre niveau de liquide de refroidissement régulièrement. Le liquide doit se trouver entre le niveau minimum et maximum. Le vase d’expansion ne doit jamais être vide !
  • Prévoyez une vidange totale de votre circuit de refroidissement tous les 60 000 km environ. C’est une intervention peu commune, mais extrêmement bénéfique pour votre circuit de refroidissement. Il vaut mieux effectuer une vidange régulièrement que de risquer d’endommager son moteur.
  • Faites une révision avant les grands déplacements. Une bonne action qui devrait être automatique surtout si vous voyagez avec des enfants ! Avant les longs trajets, il est toujours plus sage d’effectuer une révision de votre véhicule pour être sûr que tout est en règle avant le départ.

revision