Adapter sa conduite lorsqu’il pleut

20 Sep 2021 | Équipement auto

A l’approche de l’automne, la pluie devient plus fréquente et les risques d’accidents sur une chaussée humide sont multipliés par deux. Avatacar revient avec vous sur les bons réflexes à adopter lorsque vous êtes confronté à une chaussée glissante et un manque de visibilité due à des conditions météorologiques capricieuses !

Prenez connaissance des conditions météorologiques

Avant de prendre la route par temps de pluie, il est préférable de s’informer au préalable sur la météo que vous allez rencontrer sur votre trajet. Vous pouvez vous renseigner en écoutant les médias qui relayent en permanence ces informations comme France Bleu par exemple ou encore vous rendre sur le site internet Météo France.
En cas d’alerte météorologique orange les déplacements sur les axes routiers devront être strictement limités. Si l’alerte météorologique est rouge les déplacements seront proscrits.

Vérifier l’état des équipements de votre auto

Vos pneus

Lorsque vous roulez sur une route mouillée, vos pneumatiques perdent de l’adhérence due à la pellicule d’eau qui se forme entre la chaussée et votre pneu. Pour éviter les risques d’aquaplaning, il est important de s’assurer que vos pneumatiques ne soient pas endommagés et qu’ils soient bien gonflés.
Retrouvez plus d’informations relatives à la fréquence à laquelle remplacer vos pneus.

Vos essuis-glaces

Il est indispensable de rouler avec des essuies glaces en bon état pour vous offrir une visibilité optimale lorsqu’il pleut. C’est pourquoi nous vous recommandons de changer vos balais d’essuie-glace tous les ans. Une année est en principe la durée de vie de cet équipement. Néanmoins, cette durée peut évoluer en fonction de la fréquence des pluies, du soleil ou encore des faibles températures.

Retrouvez plus d’informations relatives aux essuie-glaces.

Vos feux

Lors des épisodes pluvieux, bien que nos essuie-glaces balayent une partie de la pluie, notre visibilité n’en reste pas moins altérée. Pour y pallier, vous êtes tenus d’allumer vos feux de croisement selon le Code de la route, pour voir et pour être vu, lors de vos trajets.
Si les feux de croisement ne suffisent pas, vous pouvez compléter votre éclairage par vos feux antibrouillard. Néanmoins, il est interdit d’allumer vos feux antibrouillard arrière car ces feux pourraient aveugler les conducteurs qui se situent derrière vous !
Nous vous conseillons de nettoyer régulièrement vos feux ainsi que de bien régler la hauteur de votre éclairage.

Retrouvez plus d’informations sur la législation relative à l’éclairage. 

Adaptez votre conduite

Désactivez votre régulateur de vitesse

Le phénomène d’aquaplanage est accentué lorsque vous utilisez le régulateur de vitesse de votre véhicule. En effet, comme le régulateur de vitesse contrôle votre vitesse, celui-ci aura tendance à compenser la perte d’adhérence en accélérant. Mais lorsque le pneu quant à lui reprendra contact avec la chaussée humide, il aura tendance à propulser votre véhicule à une vitesse supérieure favorisant la perte de contrôle du véhicule.
Il n’est donc pas recommandé d’utiliser votre régulateur de vitesse sur chaussée humide.

Réduisez votre vitesse

En France, la vitesse est réglementée sur les axes routiers et s’applique à l’ensemble des conducteurs et véhicules. Celle-ci doit également être adaptée aux conditions météorologiques. Les limitations de vitesse sur autoroute passent par temps de pluie ou autres précipitations :
– De 130 km/h à 110 km/h par temps de pluie ;
– De 110 km/h à 100 km/h sur route à deux chaussées séparées par un terre-plein central ;
– De 90 km/h à 80 km/h sur les sections de route comportant au moins deux voies affectées à un même sens de circulation.
– Reste à 80 km/h sur les routes à double-sens sans séparateur central ;
– Reste à 50 km/h en agglomération.

Néanmoins, si votre visibilité est inférieure à 50 mètres, il est préférable de limiter votre vitesse à 50 km/h sur l’ensemble des axes routiers. Il en est de votre ressort d’adapter votre vitesse lorsque vous constatez que les conditions météorologiques se dégradent davantage.

Anticipez tous les risques

Même si vous réduisez votre vitesse, il est nécessaire de rester alerte. En effet, sur chaussée mouillée votre distance d’arrêt est multipliée par deux. Il est de ce fait recommander :
– D’allonger vos distances de sécurité. Cela vous laissera le temps de freiner si nécessaire mais également de réduire les projections d’eau des autres automobilistes ;
D’avoir une conduite souple. Avoir une conduite brusque et un freinage trop violent augmentera les risques de faire déraper votre véhicule.

Les risques d’aquaplaning

L’aquaplaning est dû à l’infiltration d’eau sous les pneumatiques qui ne s’évacue pas normalement sur une route mouillée. Les pneumatiques n’entrent plus en contact avec la chaussée ce qui entraîne le glissement du véhicule et donc la perte de contrôle du véhicule.
Si vous sentez que votre véhicule est en situation d’aquaplaning, il est recommandé de :
– Retirer votre pied de l’accélérateur ;
– Ne pas freiner brusquement ;
– Tenir fermement votre volant.

Si vous avez des questions ou si vous souhaitez nous communiquer votre propre expérience, nous nous ferons un plaisir de vous répondre dans l’espace commentaire.